Pietro le Sage

Pietro le Sage

Personnage Historique: Pietro le Sage (17 – 96)

Lorsque Pietro est né, dix-sept ans après la Première Révolution, le pouvoir en place n’était toujours pas défini et entre les mains d’hommes incompétents qui changeaient souvent. Le chaos dans les rues commençait à peine à s’estomper. Fils d’une famille humble, il vécut son enfance dans l’insécurité sociale et sa seule école fut celle de la rue. Malgré tout, il était avide de savoir et passait le plus clair de son temps libre à étudier des livres, qu’il avait réussi à sauver lors de l’incendie de la grande bibliothèque en 33. Il acquit, grâce à ce savoir, une verve que beaucoup d’hommes auraient enviés. Vers l’âge de vingt ans, il monta un petit groupe de personnes se faisant appeler “Les Libres Penseurs” et qui placardaient des affiches dans les rues pour faire parler d’eux. Son concept était un nouveau moyen pour diriger le Bazar en offrant un poste de régent à chacun des maitres de guilde. Il fut facile pour lui de réunir un certain nombre de partisans grâce à ses beaux discours et ses idées novatrices.

Dans le même temps, s’organisait la nouvelle garde du Bazar, que nous connaissons aujourd’hui sous le nom de “la milice”, dirigée par les taverniers. En effet, une des façons de parvenir au Bazar, outre le voyage inter-galactique et inter-néant, est de voyager au travers des celliers, des caves et des sous-sols des tavernes et des auberges. Ces “passages” vers le Bazar devaient être hautement surveillés pour éviter une deuxième vague de combats sur la ville, comme ils avaient eu lieu en l’an un. Cette “ligue” non-officielle des aubergistes et des taverniers prenait de l’ampleur depuis la révolution, d’autant plus qu’ils étaient soudés et intraitables.

Pietro sentit que l’occasion était bonne pour lui de mettre ses plans politiques en action. Il fit réunir dans le plus grand secret tous les chefs de guildes dans sa planque, le cellier de “L’Aube d’Argent”, l’auberge tenue par Roberta Berdino. Le beau-parler de Pietro l’avait séduite et ayant elle-même participé à la révolution, elle trouva en lui un peu de ce qu’elle était à l’époque.

C’est donc un soir de 45 que le nouveau gouvernement prit place. Pietro avait proposé aux taverniers d’officialiser leur milice en même temps que lui tenterait de placer les chefs de guilde au pouvoir. Un détachement de la milice prit d’assaut le palais et tînt fermement la place. L’assaut ne fut pas extraordinaire car les dirigeants de l’époque n’étaient encore que des amateurs déstabilisés par la révolution. Malheureusement, Roberta Berdino fut retrouvée morte, empalée dans la Rue du Poissonnier dans des circonstances étranges.

S’ensuivit quelques mois où les nouveaux dirigeants s’attelèrent à restaurer l’ordre en ville et à réorganiser toute la communauté. Pietro se retira du Concile assez rapidement, estimant qu’il n’avait pas sa place parmi eux et c’est ainsi qu’il acquit son titre de “Sage”. Il mourut à l’age de 79 ans, en l’an 96 de notre ère.


Laisser un commentaire