Qui sommes-nous?

Une Fusion…

Le BazaroDelirium est né d?une idée commune entre nos deux cerveaux tordus. D?une part, nous avions très envie de nous exprimer sur le plus de supports possibles, et d?autre part, il nous fallait un endroit commun pour réunir tout ça. Nous avons donc fusionné des projets qui sommeillaient depuis quelques temps dans nos tiroirs : Le Bazar d?Al-Kamal et le Délirium Liberty…

Kamel Malki

( alias : Malakis, Le Baron, et bien d?autres… )

L’art ne fut pas pour moi une révélation depuis ma naissance mais un passe-temps devenu passion et de la passion est venue l’envie de s’y consacrer complètement.

Mon parcours est un peu chaotique. Après avoir travaillé et étudié dans différents domaines, tels que l’imprimerie, la librairie, les jeux, la restauration, l’événementiel et d’autres encore, je n’ai tout au long de ce processus cessé de dessiner ou de gribouiller des pages. C’est il y a deux ans, et après l’intérêt d’une amie pour mon travail, que j’ai décidé de me lancer à corps perdu et de laisser mon imagination s’exprimer librement.

Aujourd’hui, je commence à pouvoir fournir un travail correspondant à mes attentes. J’espère encore m’améliorer tout au long de ma vie. Comme le dit l’adage: “On arrête jamais d’apprendre”.

Mes passions sont l’Histoire générale, l’écriture et le dessin. Ce que j’aime par dessus tout, c’est conter les histoires que ce soit à la plume, au pinceau ou à la caméra.

Julien Tamone

( alias : Salakis, Cendar le Rouge, et bien d?autres… )

Attiré depuis toujours par l’écriture et l’art qui en découle (scénarios —> films, sagas radiophoniques, nouvelles, romans, etc?), j’ai trouvé avec le BazaroDelirium un nouveau moyen de m’exprimer. Cela faisait quelque temps que je n’écrivais plus grand chose, à part quelques projets en cours qui avançaient laborieusement.

Kamel m’a remotivé avec ses multiples dessins et son fameux Bazar d’Al-Kamal, qui m’a semblé être un monde parfait pour délirer un peu avec mon imagination. Quand il m’a montré ses esquisses et ses petites nouvelles, je lui ai tout de suite proposé une sorte de “fusion” avec un projet que j’avais au fond d’une vieille marmite : le Délirium Liberty.

Le but du Délirium Liberty était de ressembler à un quotidien comme ceux que l’on achète au kiosque, mais de le remplir de délires en tout genres comme “La migration des boîtes de sardines en Afrique orientale” ou encore d’y publier mes propres nouvelles.

L’idée de cette “fusion” lui a bien plu et voilà un tout nouveau “BazaroDelirium” !